Reportages‎ > ‎Récits courses‎ > ‎

201106 - Les 3 jours de Chartreuse du team trail du SMAC

Après les Vosges en 2009 (montée du Grand Ballon et parcours OFF), le massif central en 2010 (Merrell Oxygen Challenge), le team trail du SMAC est parti en stage montagne en Chartreuse.
Les 2, 3 et 4 juin se déroulaient 3 jours de fête du Trail et de compétition à la découverte de la 1ère station française de Trail, la station de l’équipementier Raidlight fondée par Benoît Laval, vice-champion de France de trail 2010.
Différentes épreuves pour tous les niveaux étaient proposées, soit un parcours à étapes le jeudi, un kilomètre vertical le vendredi et un trail au choix de 25 ou 45 km le samedi. Des conférences étaient proposées le vendredi matin. La station de trail et le magasin Raidlight étaient ouverts tout le week-end, histoire de faire chauffer les cartes bancaires…

Premier jour : le parcours à étapes

Jeudi, des parcours "chrono" sur les ateliers permanents de la Station de Trail devaient être bouclés, chacun partant au gré de ses envies dans l’ordre des ateliers tout au long de l’après-midi grâce au chronométrage par « doigts électroniques » utilisés en course d’orientation.

Le programme était le suivant :


Atelier « La Piste », 250m plat sur herbe, (la piste de la Station de Trail pour faire de la VMA) : 250m, 0m+

Atelier « Boucle 1km», 1km vallonné herbe et sous-bois, (atelier permanent de la Station de Trail pour faire du seuil) : 1000m, 30m+

Atelier « Côte», 200m pentus en sous-bois, (atelier permanent de la Station de Trail pour faire des côtes) : 200m, 40m+

Atelier « Boucle 2.5km», 2.5km vallonné sous-bois et route, (atelier permanent de la Station de Trail pour faire du seuil) : 2500m, 230m+

Atelier « D+100 », 1km en cote, tracés du départ du Kilomètre Vertical au village : 1000m, 100m+

Atelier « Boucle de la Chapelle», 1.7 km en sous-bois montée jusqu’à la chapelle du Rosaire qui domine St-Pierre, puis descente : 1750m, 100m+

soit un total de 6700m et 450m+. 
 
 
Les liaisons entre les ateliers étaient parcourues à allure libre.

Le problème de ce genre d’épreuve est que c’est un véritable piège à c…

En effet, on savait tous qu’il y a trois jours de course et que le dernier risquait d’être particulièrement épuisant mais rien n’y a fait… une fois partis, nous n’avons eu qu’une devise : à fond !

Le concept était très sympa car nous avons pu nous encourager l’un l’autre. Côté ambiance, c’était super !

Après cette mise en bouche, nous nous sommes retrouvés à la remise des prix. Benoît Laval en a profité pour inaugurer officiellement la station de trail Raidlight (voir fin de l'article) et nous, on en a profité pour boire un apéro et pour rafler la coupe de la première femme de la journée… Merci Flo.
 

Deuxième jour : les conférences et le kilomètre vertical (KIL V)

Le vendredi matin, quatre conférences étaient proposées :

- Grégoire Millet (Institute of Sport Sciences-Department of Physiology) : S’entraîner en altitude est efficace mais...

- Julien Rebeyrol, Préparateur physique (BioparHom) : Gestion de l’hydratation? Comment peut-on savoir si l’on est bien hydraté ?

- Anthony Berthou, Nutritionniste (Effinov Nutrition) : Importance de l’alimentation et de l’état micro-nutritionnel sur les performances.

- Loic Gouzergue, Préparateur mental (Mentalsport ): Tout ce que vous avez voulu savoir sur la préparation mentale...

Un résumé sera mis en ligne dans les prochains jours.

L’après-midi avait lieu le kilomètre vertical, soit 1.000m D+ sur 4,5km environ, sur le parcours permanent, de la Diat (bas du village) à la Scia (sommet des pistes), avec passage dans le village de Saint-Pierre.

Chacun d'entre nous arborait fièrement le superbe nouveau maillot du club. Après un échauffement collectif, nous sommes partis à tour de rôle pour cette épreuve de recherche très particulière du 7ème ciel…

Si les 500 premiers mètres de course permettaient de courir normalement, ensuite ce n’était plus vraiment le cas sauf peut-être pour le top niveau. En effet, une pente moyenne à 25% environ avec un redoutable passage à 50% à mi course et un final très raide également, ça ne permettait pas de faire 10s au 100m.

Le parcours était étalonné tous les 100m… de dénivelé positive, de quoi parfois en décourager certains !

L’arrivée au sommet (d’un peu moins d’une heure à une heure trente) a procuré beaucoup de plaisir à chacun d’entre nous mais nous a bien explosés aussi…

Après le premier jour, ce n’était pas l’idéal pour le lendemain mais qu’importe… Ca valait le coup de pointer une belle marque. Ce n’est pas tous les jours qu’on peut faire une telle épreuve !

De plus, il fallait encore redescendre… le moins vite possible, histoire de garder encore quelques fibres musculaires des quadriceps en bon état, sachant que pour les mollets et les ischios, c’était déjà foutu !

Après cette belle journée, nous nous sommes retrouvés dans la bonne humeur pour échanger nos impressions devant un apéro à la remise des prix du jour au centre Raidlight.

Le film

 

Les photos (152)

 
 
 

Troisième jour : les trails


La météo hésitante a obligé les organisateurs à revoir plusieurs fois leurs feuilles de route afin de limiter au maximum les risques dûs aux possibles orages.

Finalement, les deux parcours suivants ont été proposés aux concurrents :

Le Chartreuse Maratour pour une distance de 45km et un D+ de 2.800m




et le trail des 2 Soms pour 24km et un D+ de 1.400m
 



Pour tous ceux qui avaient fait les épreuves des jours précédents, il a fallu adapter son rythme de course dès le départ pour épuiser le plus lentement possible les réserves encore disponibles.

Chacun s’est ensuite très vite rendu compte que ce n’était pas un parcours de plaine de jeu… les montées étaient très longues et très raides, les descentes souvent très techniques, plus que de coutume, glissantes, vertigineuses et parsemées d’embûches…

A ce petit jeu, il faut quand même attribuer la mention spéciale du jour à Géry qui a effectué une superbe performance sur la longue distance et sur qui les efforts des jours précédents n’ont pas l’air d’avoir eu d’effets. Le moins jeune d’entre nous termine bien loin devant tout le groupe, à la fois sur cette épreuve qu’au classement combiné des trois jours…

A l’arrivée, tout le monde était bien cuit mais ravi car les parcours étaient superbes…

Après la douche, nous sommes retrouvés à la salle des fêtes pour le repas prévu par l’organisation et pour la remise des prix finale.

Et comme on s’était bien plu, nous avons décidé de prolonger la soirée dans un bar bien agréable où chacun d’entre nous a repassé le film de ces trois jours qui ont été une totale réussite.

La station de trail Raidlight

Dans son n°85 de février 2011, Endurance Trails consacrait un article à l’ascension de Raidlight. Cet article me sert de complément d’information pour rédiger ce résumé.


Benoît LAVAL, ingénieur textile et coureur trail, est le fondateur de Raidlight. Depuis 1999, il développait ses produits et son entreprise à Saint-Genest dans la Loire. Grâce à des contacts près des coureurs, à la vente par Internet, au développement de sa communauté WEB, son entreprise a pu croître pour se retrouver parmi les grandes enseignes dans nos magasins de sport.

Au fil des ans, il est devenu nécessaire d’ouvrir de nouvelles perspectives. C’est en Chartreuse que le projet a pu se concrétiser. De nouveaux capitaux ont été levés et ont permis d’investir dans un bâtiment de 1000m² moderne répondant aux normes écologiques et situé en pleine nature et d’offrir un cadre de travail particulièrement agréables aux 30 employés que compte la société.

Pour Saint-Pierre de Chartreuse, c’est l’occasion d’augmenter son offre outdoor, de se donner un coup de jeune en attirant à la fois une nouvelle activité économique sur son territoire et de nouveaux touristes.
En 2010, Raidlight a racheté la marque Vertical spécialisée montagne pour diversifier ses activités et envisage par ailleurs de fabriquer sa propre marque de chaussures.

L’entreprise s’est aussi vu décerner deux prix industriels.
Au bâtiment est associé le concept global innovant de station de trail.

Des parcours ont été tracés autour du site.

Il y a un stade en herbe pour faire des fractionnés, un terrain balisé pour faire des côtes, un parcours vallonné pour faire du seuil, un kilomètre vertical qui arrive au sommet des pistes de ski et des parcours de trail de 10 à 30km (à ce jour).

Ils sont à la disposition des coureurs de trail pour l’entraînement.

Chaque coureur peut en outre tester les produits Raidlight sur les circuits. Le bâtiment comprend aussi douches, vestiaires, sauna, tapis de course.

Une infrastructure internet est disponible et permet aux coureurs d’enregistrer leurs performances et de les comparer aux autres coureurs.

Outre les bureaux, l’atelier de conception et le magasin de Raidlight, le bâtiment abrite encore Cartusiana, le bureau de la montagne spécialiste des accompagnements en Chartreuse, et comprend une salle de conférences.

Des animateurs sont disponibles pour les groupes club.
 
Un bien beau concept audacieux...
 
 
Eric - 13/06/2011
 

 Liens

Comments