Infos‎ > ‎A la une!‎ > ‎

Endurance Trails conseille le cross et décrit les habilités ouvertes du trail

publié le 11 déc. 2012 à 15:12 par Eric S.   [ mis à jour : 14 déc. 2012 à 08:40 ]
Fidèle abonné à la revue depuis trois ans, je viens de recevoir le numéro 96 de décembre 2012 / janvier 2013.
Comme à chaque fois, je me suis rué sur la fin du magazine à la rubrique "Cahier Conseils" qui est souvent bien intéressante.
 
Deux articles ont retenu particulièrement mon attention.
 

 "Découvrez le cross et ses bienfaits..."

"Le cross-country... trouve  son origine en Angleterre. Si les championnats se déroulent actuellement sur des hippodromes désespérément plats, ce n'était pas le cas il y a encore quelques décennies où les épreuves rivalisaient de difficultés (montées, descentes, franchissement d'obstacles et de rivières, champs de labour, dévers, boue...) et consacraient des athlètes complets qui auraient certainement fait d'excellents coureurs de trail court..."
L'article commence de façon amusante par une description de ce que c'est qu'un cross... comme si on vous parlait d'un temps que les moins de 20 ans ne peuvent pas connaître... mais rapidement l'article décrit tous les avantages à la pratique du cross pour les traileurs, notamment en décrivant les qualités développées par cette discipline exigeante et leur utilité en trail: développements aérobie et anaérobie, qualités biomécaniques, qualités mentales...
 
Finalement, le cross, c'est du trail très très court et ça va plus vite... sauf sur l'hippodrome de Wépion où ça va encore plus vite mais où ce n'est plus du trail!
 

"S'adapter pour performer"

Tout d'abord, l'article décrit les facteurs de la performance en trail (on devine que l'ultra trail n'est pas concerné).
 
Outre les facteurs classiquement décrits (potentiel aérobie (vma..), endurance et économie de course), l'auteur rappelle que le facteur anaérobie et la puissance musculaire excentrique sont aussi importants (pour un saut, pour assurer en descente rapide en étant fort et rapide sur ses appuis..).
Le mental et la gestion de course (alimentation, choix de l'allure, bâtons ou pas...) sont aussi cités.
 
Mais ce que souligne l'auteur, c'est l'importance de la faculté d'adaptation nécessaire en trail et elle est souvent ignorée.
Alors que, par exemple, le marathon est une course à "habileté fermée" (l'environnement est stable est prévisible et il est possible de l'appréhender et de performer en répétant des séances formatées et maîtrisées), le trail est à considérer comme une épreuve à "habileté ouverte" (la performance dépendra beaucoup de la capacité de s'adapter instantanément en course à l'environnement naturel).
Ainsi, en course, le traileur passe d'un type d'appui à un autre, varie sans cesse son allure en fonction des difficultés, gère son effort, son alimentation et joue à se couvrir et se déshabiller tout au long de l'épreuve...
Ainsi, il conseille de se préparer à l'adaptation à l'entraînement. Il cite ainsi le travail de la vitesse en chemins techniques, l'utilisation d'un ballon pour le gainage...
Pour progresser en trail, il faut donc varier un maximum les situations d'entraînement...
 
Finalement, le concept "ouvert" / "fermé" me plaît beaucoup... Théorie de l'entraînement "ouverte" / "fermée", esprit "ouvert" / "fermé"...
Une chouette approche qui permet d'envisager l'entraînement d'un autre point de vue.
 
Eric - 11/12/2012
 
 
 
 
Comments